U2 / The Joshua Tree

The Joshua Tree est le cinquième album de U2 et l’album qui, à mon coeur, est leur meilleur. Sorti il y a 30ans cette année, avec des tubes qui font encore chanter la planète, je me devais de vous en parler.

The Joshua Tree et ces chansons ont germé dans la tête de Bono à la suite d’un voyage en Afrique, en Ethiopie pour être exact. Bono et sa femme partent un mois comme bénévole dans un camp de réfugiés et y voient la douleur, la pauvreté et les conséquences de la guerre.

When The Streets Have No Name est donc une ode à la paix, suite à ce qu’il a vu en Ethiopie. Là où les rues n’ont pas de noms fait référence à l’Afrique et à tout ce qu’il a pu voir avec sa femme, cherchant un lieu, ailleurs, où trouver le repos et la paix pour tous.

L’introduction au synthé est génialissime, longue, montante avec la guitare qui fait grandir encore la puissance dramatique du morceau. Le rythme est très pop, moderne (pour l’époque. On est en 1987) et l’énergie dégagée est superbement positive alors que les paroles laissent entrevoir une certaine tristesse.

I Still Haven’t Found What I’m Looking For a, elle, été écrit par The Edge (le guitariste) comme une prière. Cela fait d’ailleurs beaucoup penser au Gospel (notamment les voix sur le refrain avec les choeurs derrière). La chanson relate un manque, l’histoire parlant d’un homme trouvant l’amour, le plaisir auprès de l’autre mais il cherche autre chose, à aller plus loin, comme un idéal impossible. La beauté du morceau vient de l’esprit très religieux, gospel, du morceau ; son côté fédérateur, universel a fait chanter le monde entier.

With Or Without You est le troisième tube de l’album. Il parle aussi bien de l’amour entre deux être, que de l’amour qu’il peut porter à ces camarades de U2. Ils passent tellement de temps ensemble que le groupe devient un peu un couple en lui-même.

La montée en puissance du couplet vers le refrain est lui aussi mythique avec notamment la voix suave et chaude de Bono qui part en envolée lyrique. Ce morceau est un des morceaux les plus dansés (le nombre de personnes qui se sont embrassées sur ce morceau lors de slows dans les années 80-90, c’est fou) et les plus beaux de U2. La mélodie à la guitare de The Edge, parsemée uniquement de quelques notes aériennes, puis plus tranchantes, est juste parfaite.

Bullet The Blue Sky a une mélodie plus sombre, plus dense aussi. Le morceau raconte les méfaits de l’Amérique au Salvador (le soutien des USA par le biais de la CIA à des partis politiques entretenant des liens avec les brigades de la mort au Salvador, et perpétuant de nombreuses tortures et tueries à travers le pays) ainsi que la domination de l’Evangélisme aux travers des médias américains. Le morceau est très sombre, la voix est moins mise en avant que la gravité de la mélodie.

Red Hill Mining Town et sa rythmique très blues, la guitare plus agressive que le reste des instruments et la voix tendre et chaleureuse de Bono est un des morceaux méconnus de U2. C’est un hommage aux grévistes miniers ainsi que de la mort de beaucoup d’entre eux sous Margaret Tatcher. Le morceau est plein de bonté et de compassion à l’égard de ces hommes qui se sont battus pour survivre à l’heure de la révolution britannique vers une société de services (au contraire de la société industrielle vieillissante du début du siècle).

Ce morceau a été très peu joué en live et l’on pourra en profiter pleinement lors du concert de 2017 reprenant l’ensemble de l’album en live.

Exit est beaucoup plus moderne et se rapproche plus de l’album POP (qui sortira seulement quelques années plus tard). Un esprit plus rock avec des césures, des sonorités plus électroniques, un univers un peu anarchique (les voix ne se mélangent que rarement avec la guitare de The Edge). L’esprit est très rock, la guitare saturée mise en avant de façon importante.

Mothers Of The Disappeared est le morceau qui clôture l’album et est lui aussi très sombre. Parlant des disparus sous les dictatures sud américaines, le morceau est plus lent, froid. Le morceau met là aussi plus en avant la mélodie par rapport à la voix très peu présente (il y a bien quelques paroles et un Youhououou mais globalement c’est plus les cordes et un synthétiseur qui prennent le devant de la scène).

Conclusion :

Un album superbe. Bon on ne va pas se le cacher, c’est surtout la première partie de l’album que tout le monde connaît qui est génial, mais les trois/quatre derniers morceaux méritent votre attention car plein de sens et avec une musicalité superbe.

Déjà 30ans qu’on écoute cet album et encore aujourd’hui les morceaux ne vieillissent pas.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/104260?utm_source=deezer&utm_content=album-104260&utm_term=7126184_1484582552&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/1znT2eun1mIorpA4760jrV

Facebook : https://www.facebook.com/u2/?ref=br_rs

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire