Zozophonic Orchestra / That Thing

Zozophonic Orchestra est un groupe de blues groovy français. Dans cette musique très américaine, le groupe experimente un blues très rétro avec un soul aux portes du jazz et un chant très urbain, limite rappé.
Leur deuxième album, That Thing, on retrouve tout ce qui fait leur style, leur univers, leur musique.

On entre dans un album très soul emprunt de blues. L’esprit est festif à travers tout l’album.

Speak About
lance les festivités avec un rythme très  déhanché, des cuivres (les trompettes) menant la danse avec ça et là un solo superbe. Le tempo de batterie très technique est pêchu et amène un rythme rapide et sautillant alors que la basse installe une solidité dans le rythme.
Le chant est répétitif et veut jouer la carte de l’hymne que tout le public reprend.

Little Baby
continue avec une mélodie blues à la guitare et son capodastre. La rythmique est la encore très pêchue et vivante.
On se prend à taper du pied au rythme de la batterie.
Malgré le style très vintage, on observe une certaine modernité dans les arrangements et les sonorités.
On comprend mieux d’où vient cette modernité avec Dear A.. Loin d’être mon morceau préféré, c’est surtout le chant sur lequel se concentrer pour m’expliquer. Un chant très rappé type west coast. La prédominance du chant sur ce morceau fait entrevoir sur le reste de l’album comment un blues/soul vintage peut paraître aussi moderne.

Jealous Blues
est mon morceau préféré. Un rythme blues très traditionnel à la ZZ-Top mais accéléré à l’extrême avec une rythmique très groovy et un chant plus moderne en donne une petite perle. En lieu et place d’un traditionnel solo de guitare, on retrouve la trompette.
Mais c’est pour retrouver la guitare un peu plus loin alors qu’on ne l’attendait plus dans un superbe solo blues.
On retrouve dans The Wall, un peu comme une marche funéraire de Louisiane. J’ai tout de suite eut les images de sorciers voodoo de la Nouvelle Orléans (genre la princesse et la grenouille de Disney, merci à ma fille pour la référence).

Me And My Bad Luck
finit comme l’album a commencé : un esprit jovial et sautillant sur fond de rythmique énergique et rapide.

Conclusion :

Pas aficionado du style, j’ai tout de même bien accroché sur le style, la qualité technique des musiciens et l’esprit de l’album. L’esprit blues est très présent et bien installé alors que le chant très urbain installe sur certains morceaux un vent de modernité.
Cela reste à la portée de tous même ce sont surtout les fans du style blues groovy qui se délecteront.

Pour l’acheter : 

Deezer : http://www.deezer.com/album/45215671

Spotify : https://open.spotify.com/album/1GfIa8zceUXVFU26K2AAVb

Facebook : https://www.facebook.com/zozophonicorchestra/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire