Arctic Monkeys / Tranquility Base Hotel & Casino

Arctic Monkeys est un groupe de punk rock, garage rock. Leur son résolument 70, leur absence d’arrangement moderne et l’influence de The Doors a mené le groupe comme une référence rock britannique avec pas moins de 7 Grammys au court de leur carrière. Tranquility Base Hotel & Casino sort et fait évoluer leur son et leur musique.
SPOILER ALERT : ça va saigner.

Depuis déjà deux albums, on sentait le groupe s’orienter vers plus de textes, travaillant la voix et créant une atmosphère mélancolique.
Puis le groupe s’est mis en pause en 2014. Ils reviennent et accentuent encore le cap vers un autre Arctic Monkeys.

Star Treatment joue la carte d’un morceau à la David Bowie. Un gros travail sur le chant et une mélodie mélange de pop et de jazz.
Mais le talent de Bowie ne s’improvise pas : la mélodie est simpliste et répétitive au point qu’elle me saoule.

One Point Pespective et sa note incessante de piano. Non content d’avoir une mélodie pauvre des autres instruments, il faut qu’il est trouvé cette note au piano qu’il répète tout au long du morceau. Comme un enfant qui tapote toujours la note avant que quelqu’un lui dise d’arrêter. Alors Alex Turner (le chanteur) arrête de toucher au piano!!!

C’est bien simple, j’ai l’impression d’écouter dy Camille ou du Zaz mais en anglais. Pauvreté de la musique pour asseoir des textes sans grand fond.

Mais c’est bien les univers et la qualité de David Bowie ainsi que celle de Gainsbourg avec ces chansons feutrées et mélancoliques (époque Jane Birkin et l’Histoire de Melody Nelson) qu’Arctic Monkeys essaye d’atteindre.
Dommage.

Tranquility Base Hotel & Casino, Four Out Of Five et son esprit urbain, mélancolique et le travail d’arrangement des morceaux n’atteint pas la cheville des deux maîtres.

On retrouve l’aspect spatial et le timbre de voix de Bowie ainsi que l’atmosphère triste et intimiste de Gainsbourg mais il manque la qualité d’écriture et technique.

Alors vu que le chant domine, les paroles doivent être fortes. Bin Non!!!

Regret de n’avoir pas été un des Strokes, chanson parlant de l’apologie négative des médias et des nouvelles technologies, paroles invoquant le grand démon “argent”, chanson anti-Trump….Mouais… On a connu plus original comme message à texte.

Cest bien simple, rien ne sort du lot. On oscille entre moyen et médiocre avec cet album. She Looks Like Fun, The Ultracheese sont molassons, répétitifs et je me prends à zapper frénétiquement pour en finir.

Conclusion :

J’ai envie de dire pourquoi???
Les mélodies sont soit ennuyeuses soit sans originalité. Sa voix est belle mais on a l’impression qu’il plagie le timbre, la tristesse dans la voix de Bowie ou la musique mélancolique et nocturne de Gainsbourg, sans succès.
Et comble de tout ça, les textes manquent vraiment de profondeur.

C’est à pleurer. Je vous laisse, mes oreilles saignent.

Pour l’acheter  (parce que mon opinion n’engage que moi) :                     

Deezer : http://www.deezer.com/album/63203772

Spotify : https://open.spotify.com/album/7v6FNgLDS8KmaWA1amUtqe?si=UaoYDpjZSpCbDdDS7NLCRQ

Facebook : https://www.facebook.com/ArcticMonkeys/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire