Bury Tomorrow / Black Flame

Bury Tomorrow est un groupe de métalcore britannique. Formé en 2006 et caractérisé par des lignes de guitares très mélodiques entre les parties très bourrines, le groupe fait peu à peu son trou sans pour autant jouer les têtes d’affiches. Black Flame est leur 5ème album, le premier sous leur nouveau label Music For Nations (une branche de Sony Music pour le métal). Peut être l’exposition qu’il leur faut.

L’album est à la fois très puissant et très mélodique, très trash et plein d’harmoniques. Sa complexité et son intérêt réside la dedans.

Dans le chant scream (hurlé) de Daniel Winter-Bates et dans le chant clair de Jason Cameron comme sur No Less Violent où les deux viennent s’opposer.

Et sur les musiques. On a des musiques tout en énergie rappelant Machine Head comme Adrenaline avec un riff rapide avec toujours cette alternance chant clair/chant hurlé et de la même façon l’alternance riff lourd et riff plus aérien, riff plus lent et riff plus rapide.

C’est un de mes morceaux coups de cœur, il me donnerait presque des frissons tellement il envoie.

Pour mieux comprendre ce que j’entends par l’alternance d’harmoniques et de parties plus trash, il faut écouter Black Flame ou My Revenge. Sur Black Flame, l’intro très synphonique est repris à chaque début de couplet en mélodique avant une explosion métal bien lourd. Sur My Revenge, c’est plus simple : l’intro à la guitare avec ces notes hautes qui reviennent sur chaque refrain alors que les couplets sont plutôt dans la débauche de colère avant un pont montant peu à peu vers ces notes plus aériennes.

J’accroche moins sur des morceaux comme sur Knife Of Gold. Le riff très saccadé n’est pas pour me déplaire et le solo de guitare est juste divin mais la bascule entre chant clair et scream est là trop franc. Sur le refrain, on retrouverait presque un petit côte Disturbed alors que le chant hurlé bascule presque sur du black.

En revanche The Age est beaucoup plus doux. Et le changement de rythme au deux tiers du morceau est très déstabilisant relançant grandement l’intérêt du morceau.

Deuxième coup de cœur pour Overcast et son côté très épique avec une voix qui monte très haut et un chant hurlé qui se mêle au chant clair par moment. J’aime beaucoup. Avec un riff de malade.

Conclusion :

Un très, mais alors très bon album. A déplorer qu’ils ne soient pas plus considérer par le public. Car Bury Tomorrow, tant techniquement que musicalement, vaut le coup d’y jeter une oreille. En espérant les voir lors de leur venue en fin d’année 2018 sur Paris.

Pour les fans de métalcore, de trash, de Machine Head, de Disturbed.

Pour l’acheter :

Deezer : https://www.deezer.com/album/66886482?utm_source=deezer&utm_content=album-66886482&utm_term=7126184_1531736308&utm_medium=web

Spotify : https://open.spotify.com/album/00DQxO6RTdm2gvlcpjlOzt

Facebook : https://www.facebook.com/BuryTomorrow/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.