Digital 21 & Stefan Olsdal / Inside

Digital 21 & Stefan Olsdal est le projet de deux stats de la musique : Digital 21 (le producteur de musique électro Miguel Lopez Mòra) et Stefan Olsdal (le bassiste de Placebo). Ils se sont retrouvés sur Inside, leur premier album qui installe un univers électro très dense.

Inside est le résultat d’une collaboration de session de travail entre Madrid et Londres, un travail à distance. “C’était comme envoyé un titre en orbite en attendant qu’ils nous reviennent sur Terre avec les changements apportés par chacun”déclare Stefan.

Spaces commence l’album en beauté avec une voix digne de Bjork. C’est bien simple, il a fallu que je vérifie par deux fois que ce n’était pas elle. Et c’est en fait Margrét Rán, une chanteuse a la voix magnifique qui officie.
La mélodie est froide et nocturne, la basse étant prédominante. Tout l’environnement donne l’impression d’être perdu dans l’espace, la voix étant la seule chose à laquelle se raccrocher.
C’est pourtant d’amour dont la chanson parle. On ressent une certaine tristesse dans le morceau cependant.

Le travail d’arrangement sur l’album est vraiment très impressionnant. Entre les violons sur War qui font penser à un morceau classique avec un beat électro en arrière plan et la version String Quartet de Spaces (quatuor d’instruments à cordes : 2 violons, un alto et un violoncelle) juste magnifique et tellement dense.
Cette version est plus chaude mais toujours aussi triste, peut être même plus.

Ou encore Toi et Moi et la voix sensuelle et en même temps électronique de Julienne Dessagne. Tout est intemporel et beau.
On est transporté dans un univers fantasmatique futuriste.

Le duo à décidé de faire appel à des voix féminines sensuelles et aux qualités vocales bien affichées et différentes. C’est un florilège de belles voix dont la plupart m’étaient inconnues (Cuushe sur Symmetry par exemple).

Les sonorités peuvent être plus électro et un peu moins denses comme sur Bergman ou le synthé répète inlassablement les mêmes notes, alors que s’ajoutent un à un chaque nouvelle piste.

Conclusion :

L’essentiel de l’album tourne autour d’un électro avec majoritairement des arrangements classiques dues aux instruments à cordes et avec des voix féminines.
La grande majorité sont très réussies, d’autres sont moins intéressantes comme Human, morceau un peu trop dépouillé pour moi (il n’y a que des battements de coeur lent, quelques notes de synthés éparses et une voix en écho d’Helen Feng).
Je reste sur Spaces, les deux versions sont magnifiques, tout comme les deux versions de Toi et Moi d’une sensualité touchante.
Un album d’électro différent et intelligemment orchestré.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/46034022

Spotify : https://open.spotify.com/album/02jLWcu5XJNyut8SnSz6FH

Facebook : https://www.facebook.com/DIGITAL21andSTEFANOLSDAL/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire