Live Report Hellfest 2019 Jour 2

Une deuxième journée de Hellfest sous le soleil. Que demander de plus? du bon son!!! Voici donc le Live Report du Hellfest 2019, jour 2.

Je commence cette 2ème journée légèrement à la bourre.

Je passe devant les australiens de Koritni en Mainstage 1.

L’ensemble du groupe m’a l’air en forme et je dois avouer que c’est franchement sympa de commencer une journée par un peu de Hard Rock.

Photo réalisée par Edward Surcin

Un réveil en douceur.

Cependant, ce qui m’intéresse est en Warzone.

C’est parti pour les Rennais de Banane Metalik. Ils se classent eux-mêmes dans le Gore N’ Roll. Une rencontre entre le Rock N’Roll et ce côté gore / horreur cinématographique. Bon, soyons honnête, je les avais repéré avant le Hellfest dans les groupes à voir.

Et vu la foule matinale présente, je ne suis pas le seul à avoir fait ce choix !

Leur prestation m’enchante : C’est rythmé, le son est propre, les costumes et maquillages sont beaux.

Ça swingue, très certainement grâce à la magie de la contrebasse qui offre ce côté Rock N’ Roll inimitable.

J’adore leur version du thème du Parrain (The Godfather) qui chez eux s’appelle The Gorefather (ba oui, c’est évident en fait).

Le chanteur joue sur scène avec une 3ième main coupée, mutilée et ensanglantée. Il y a un joyeux bordel sur scène, ça danse, ça court dans tous les sens dont un musicien avec une batte de baseball.

Ne tournons pas autour du pot : c’est une des meilleures prestations du weekend pour moi !

(N.d.l.r. : De son côté, Dude débute sa journée par Skindred)

Rien de tel pour débuter une journée de festival qu’un petit groupe bien punchy et c’est avec SKINDRED que je vais trouver mon bonheur. En effet avec leur ragga metal et un temps des plus ensoleillé on risque de mouiller le maillot.

photo réalisée par Edward Surcin

Le groupe déroule ses tubes et ne lâche pas le public d’une semelle, nous incitant sans cesse à participer…jusqu’à nous faire enlever nos T-Shirt façon Patrick Sébastien…mais en mieux.

Photo réalisée par Edward Surcin

Le show se termine et tout ceci m’a mis en forme pour la suite.

Pour ma part je suis resté en Warzone pour attendre The Creepshow.

Nos amis canadiens sont dans le Psychobilly et le punk.

Ils font leur balance eux-mêmes… et on se demande bien pourquoi quand le groupe débute leur set : beaucoup trop de basses et je n’entends quasiment pas la voix de cette magnifique chanteuse.

Photo réalisée par David Gallard

Heureusement l’ingénieur son nous règle ça assez vite et tant mieux car la voix est sympa.

Ça balance, ça swingue. Il y a aussi une contrebasse… peut-être y a-t-il un rapport direct ?

Dans l’ensemble c’est sympa mais moins bien que Banane Metalik.

Aller je change de registre en Mainstage avec le guitare-héro Ritchie Kotzen.

Pour ceux à qui ça ne parle pas : Peut-être connaissez-vous mieux les groupes Poison et Mr. Big ? Bon c’est clair qu’il est doué à la gratte le pt’it gars mais en plus il sait chanter ! Et il chante plutôt bien.

Photo réalisée par Edward Surcin

Alors quand il fait les deux en même temps, on comprend pourquoi il est en mainstage. C’est du Hard Rock classic, traditionnel, mais efficace.

Seul bémol purement personnel : il ne se prend pas pour de la merde le pépère. Il y a ce petit côté arrogant qui me déplaît ou alors ce n’est peut-être que de la jalousie…allez savoir…

Un petit détour improvisé par la Temple pour voir les Toulousains de Punish Yourself jouer. La zone est pleine à craquer, les fans sont venus en masse voir les français faire le show.

Car il faut dire que chez Punish Yourself le visuel est essentiel :

Peintures fluorescentes, maquillage, disqueuses sur plastron en métal pour les étincelles, tous à moitié habillé et un peu de feu pour le fun.

Photo réalisée par Edward Surcin

Même si vous n’aimez pas le métal industriel avec une grosse partie électro, la performance est à voir.

Sur la fin du concert Klodia, la chanteuse, doit avoir un peu chaud car elle se met à l’aise et enlève certains vêtements qui la gênent. Grand bien lui fasse, nous n’allons clairement pas bouder notre plaisir !

Photo réalisée par Edward Surcin

Pendant ce temps-là sur la Mainstage 2, l’ami Dude n’a pas pu résister à aller voir FEVER 333 : Ce jeune trio vient de sortir son deuxième EP et à la réputation de bien bouger sur scène, ce qui pique ma curiosité

Effectivement les types se démènent dans tous les sens pour occuper la Mainstage qui du coup paraît bien grande.

Photo réalisée par Edward Surcin

Malheureusement je ne retrouve pas l’énergie des titres sur album. Il manque un truc et en plus toutes les parties électro sont envoyé via l’ingénieur du son du coup la mayonnaise ne prend pas.

Peut-être qu’une scène plus petite aurait suffit. Mais ce groupe a du potentiel.

Après une nouvelle petite hydratation (oui il fait chaud), je me dirige vers la Mainstage 1 pour une priorité : DEADLAND RITUAL.

Laissez-moi vous dresser le portrait pour ceux qui ne connaissent pas encore ce super groupe car oui c’est un super groupe dans tous les sens du terme.

Photo réalisée par Ronan Thenadey

A la basse, un monsieur qui refuse de prendre sa retraite avec Black Sabbath : Geezer Butler. A la batterie, un type incroyable (oui je suis fan et alors ?) : Matt Sorum (Guns N’ Roses, Velvet Revolver…). A la guitare : un mec qui joue divinement bien (enfin je trouve) Steve Stevens (Billy Idol). Enfin, au chant : Franky Perez (Apocalyptica, Scars on Broadway).

C’est clair : c’est du solide !

Le groupe alterne reprise de leurs groupes respectifs et morceaux originaux.

Et ça part très fort avec Symptome of the Universe de Black Sabbath : un régal ! une de mes chansons préférées chez Black Sabbath.

Quand un mec joue avec un sourire comme ça, c’est qu’il prend du plaisir. Et du coup Matt Sorum nous communique ce plaisir musical.

Les quelques chansons de leurs crus passent très bien, le public est ravi.

Et bim reprise de Slither des Velvet Revolver ! Excellent !

Plus tard Steve Stevens nous gratifie d’un solo dont il a le secret.

Et hop reprise de la chanson Rebel Yell de Billy Idol. Nickel !

On enchaîne avec leur chanson Down in Flames pour finir avec War Pigs de Black Sabbath.

Propre, la voix n’est pas celle d’Ozzy mais le chanteur à l’intelligence de ne pas copier et faire sa version. Le rendu est vraiment très très bon !

Steve Stevens joue de sa gratte en la mettant dans son dos à la Jimi Hendrix. Le chanteur est possédé et fini sur les barrières de la fosse pour chanter avec le public et au plus près de celui-ci (en tenue la main d’une fan qui s’en souviendra).

En fait ce concert était juste parfait ! Un délice !

Juste à côté sur la Mainstage 2 va commencer Eagles of Death Metal.

Chanson d’intro avant l’apparition du groupe : Creedence Clearwater Revival – Born on the Bayou. Il en faut peu pour me rendre heureux !

Ils arrivent et ça part au taquet. J’ai du mal à voir autre chose que… cette moustache. C’est bizarre, je sais mais c’est comme çà.

Photo réalisée par Edward Surcin

La bassiste est habillé en Cowgirl flashi et sexy. Sympa.

Photo réalisée par Edward Surcin

Leur style est simple mais rudement efficace (comme le T-shirt « Fuck You Manowar » que je viens de voir passer).

Reprise de Moonage Daydream de David Bowie. Bordel que c’est bon et bien repris !

Le guitariste reprend un solo de Jimi Hendrix, puis le début d’Ace of Spades de Motorhead par la jolie et talentueuse bassiste.

Le chanteur est comme tout le monde : sous le charme. Il se met donc à genou pour offrir un baise main à la bassiste.

Bon ça y est c’est parti en cacahuète : bonhommes gonflable géants et bordel sur scène. Fin en apothéose : le chanteur jette sont T-shirt à la foule. Le groupe prend une photo sur scène avec la foule derrière et ceci avec tous les techniciens à côté du groupe.

Là je retrouve un esprit Rock ! Merci !

On reste dans l’esprit rock traditionnel puisque c’est DEF LEPPARD sur la Mainstage 1. Ils sont pris un bon coup de vieux…

Mais ils enchainent leurs tubes sans problèmes.

Photo réalisée par Ronan Thenadey

Est-ce parce que je suis en Mainstage 2 mais le son n’est pas au top !

Trop de basse dans les réglages.

Je dois admettre que le batteur, malgré un bras en moins est sans conteste celui qui donnera le plus sur scène et est tellement doué : Respect.

Bon je suis un peu inquiet car c’est ZZ TOP en Mainstage 2 et d’habitude le son n’est vraiment pas fort. Et s’il y a un peu de vent, le concert sera gâché ! Du coup je suis bien prêt.

Photo réalisée par Edward Surcin

Inquiétude tombée à l’eau : le son est impeccable sur You Got Me Under Pressure. Les 3 compères enchaînent leurs tubes sans problème au grand bonheur du public qui les connaît tous par coeur : Gimme All Your Lovin’ avec Billy Gibbons jouant le morceau au bottleneck, Sharp Dressed Man.

La guitare et la basse sont assorties, les costumes clinquants et à paillettes : le sens de l’esthétique des Texans. !

Bon c’est vrai, l’avantage avec ZZ TOP c’est que si t’as oublié tes bouchons d’oreilles ce n’est pas vraiment grave vu qu’on est pas sur un son hyper puissant.

Le public est aux anges. On sort les traditionnelles guitare et basse à moumoutes pour la chanson Legs et comment ne pas jouer La Grange.

Photo réalisée par Edward Surcin

Impossible d’avoir ZZ TOP en concert sans La Grange.

Le son est impeccable, j’en sors très content, bien plus que les précédentes fois où je les ai vu !

C’est l’heure du show à l’américaine ! Et ça ne traine pas : 2 minutes chrono après la fin de ZZ TOP, c’est KISS qui enchaine sur la Mainstage 1.

Ça part à 100 000 ! Feu d’artifices ! Les artistes arrivent du plafond de la structure de la scène sur des plateaux / soucoupes volantes !

Le tout en jouant et chantant sur Shout it loud… le public hallucine ! Et le groupe enchaîne les tubes.

C’est le moment où Gene Simmons (le bassiste) alias The Demon crache du sang sur son armure. Et quelle langue… et le tout sur une plateforme à je ne sais combien de mètres du sol…

Photo réalisée par Edward Surcin

Le public et le groupe sont en communion, ça chante et ça danse dans le public.

Solo du petit chat, enfin du batteur Eric Singer dit The Catman, sur sa batterie surélevée à je ne sais combien de mètres du sol !

Photo réalisée par Edward Surcin

Paul Stanley le chanteur alias Starchild harangue la foule. Il ne nous sent pas assez motivé et il en a besoin pour se rapprocher de nous…

Ah OK, c’était au sens figuré, il utilise une tyrolienne de 70 mètres de long pour quitter la scène et atterrir sur une plateforme avec boule à facettes !

C’est parti pour I was made for Loving you et Love Gun.

Love Gun… j’en ai des frissons (ma préférée du groupe).

Retour de Paul Stanley sur la Mainstage à l’aide de sa tyrolienne.

Solo de guitare par Tommy Thayer alias The Spaceman. Il y a tout un jeu avec ce solo : en jouant de sa guitare, il la charge comme un fusil pour tirer sur des soucoupes volantes qui descendent du plafond de la scène.

Des feux d’artifice partent directement de sa guitare pour détruire les soucoupes volantes. En fait c’est juste hallucinant à voir !

Et c’est la fin ! Déjà ? Enfin certains novices ont dû le croire car ils partent mais les habitués ne sont pas dupes.

Et c’est le rappel qui commence.

Notre batteur se met au piano et se met à chanter. Et il chante bien ! (normal pour un mec qui s’appelle Singer… trop facile pour ne pas la faire…)

Il retourne à sa batterie et continue de chanter en tapant sur ses fûts.

Finalement il n’y a que le lead guitare qui n’a pas chanté en 1ère voix.

La fin est une fin à la KISS, dans la démesure avec feu d’artifice, flammes, cotillons par milliers et ballons géants à l’effigie du groupe, le tout sur Rock & Roll All Nite. C’est juste énorme, comme tous les show de Kiss, dans la joie et la démesure la plus totale y compris au Hellfest.

C’est une magnifique clôture pour cette 2ème journée du Hellfest !! Vivement demain pour la der des der.

Vos reporters engagés sur le terrain : Dude (photographe et chroniqueur) et Toutoune

N.d.l.r. : Un grand merci à Ronan Thenadey pour ses photos de Deadland Rituals et de Def Leppard et David Gallard pour ses photos de The Creepshow .

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.