Martyn Heyne / Electric Intervals

Martyn Heyne est un multi-instrumentiste berlinois. À l’orée de l’électro et du classique jazz, le jeune homme joue de la guitare, du piano, pour installer une mélodie moderne et vous emporter. Son premier album Electric Intervals est sorti ; fermez les yeux et écouter.

Le musicien ne veut pas se laisser enfermer dans un style. Il veut que l’on écoute son album sans idée préconçue avec une oreille attentive et pour se faire crée un univers aérien, un peu rêveur et très doux.

Que ce soit avec Carry ou les notes de guitares s’enchaînent de façon très rapide pour poser une mélodie proche de l’électro aux consonances répétitives bien qu’elles ne le soient pas du fait du delay sur sa guitare (effet qui consiste à décaler le son pour donner l’impression d’écho et de répétition de la note a l’infini).

Ou Luxury aux notes de pianos jazz très feutrées pour installer une certaine intimité entre l’artiste et l’auditeur. Le morceau est épuré de quasi tout arrangement superflu et seul le piano y a sa place.

Martyn Heyne enchaîne les morceaux tantôt longs tantôt courts avec pour unique but de rendre le morceau le plus imagé possible et le plus proche de sa vision des choses.

Il lui arrive d’intégrer piano et guitare comme sur 2400, là encore avec cette notion de répétition de notes par le piano cette fois pendant que la guitare joue quelques accords ou notes de ci de là comme de manière instinctive. Puis un deuxieme piano et une deuxieme guitare interviennent pour ajouter une mélodie dans la mélodie. Et quelle mélodie : douce, chaleureuse et belle.

Quelques notes plus joyeuses, presques estivales sur Come On puis on repart dans les horizons sauvages et déserts avec Wilde Wide et ces notes de pianos éparses et accentuées.

Curium finalise l’album comme il a commencé : des notes de guitares aériennes et invitant l’esprit à s’évader de l’atmosphère froide et urbaine vers une chaleur humide et sauvage. Les percussions me font penser au cliquetis de l’eau tombant des stalagtites au sol. J’imagine très bien un univers souterrain avec Curium. Des arrangements électro apparaissent à mi-morceau donnant l’impression d’une découverte extra terrestre sous cette étendue caverneuse que nous découvrons au fur et à mesure.

Conclusion :

Un album très ambiant mélangeant habilement les instruments classiques, piano et guitare, une tonalité jazz sur certains morceaux et une volonté de réaliser un album très moderne rappelant l’électro.

On se plonge facilement dans l’univers de Martyn Heyne et une écoute suffit pour prendre l’ampleur et entrevoir toutes les subtilités qu’à apporter le musicien sur cet album. Une belle rencontre.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/49603802

Spotify : https://open.spotify.com/album/5eZ55PaCoFH380p08UrpCm?si=41_T9DweTRGnvl9Zw49mwA

Facebook : https://www.facebook.com/everynoteisapillow/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire