Robert Plant / Carry Fire

Robert Plant est surtout connu pour avoir été le chanteur du mythique groupe Led Zeppelin. Pour autant, depuis 1980, Robert Plant n’est pas à la retraite mais continue sa carrière solo. L’icône du rock sort aujourd’hui l’album Carry Fire.

Robert Plant ne tombe pas dans le travers de refaire du Led Zeppelin. Ce qu’il a gardé de cette expérience est la volonté d’expérimenter, de mélanger les genres musicaux et des arrangements de très haute volée.

The May Queen a un gros travail sur les percussions. Une mélodie très blues folk douce et chaleureuse. Le morceau est harmonieux et la voix de Robert Plant toujours au top. Par certains moment, on retrouve le timbre de voix d’un Bono (chanteur de U2).

L’esprit rock reste toujours ancré dans la musique de Robert Plant. Comme en témoigne le très vintage Carving Up The World Again…A Wall And Not A Fence.
Petit clin d’oeil à la politique de Donald Trump.

J’aime beaucoup la sobriété d’A Way With Words. Le combo piano/voix fonctionne parfaitement et installe une sorte d’intimité entre l’artiste et l’auditeur.
L’ajout des cordes en fin de morceau est la cerise sur le gâteau.

Dans l’expérimentation, Robert Plant va même jusqu’à installer des mélodies arabes sur Carry Fire.
Le morceau est très aérien, la voix de Robert accouplée au oud (guitare arabe) amenant une poésie magnifique au morceau.

On peut retrouver l’esprit progressif de Led Zeppelin et du chanteur à travers Keep It Hid. Véritable mélange de phrasé jazz à la batterie (contre-temps et jeu de cymbale à foison) et d’arrangements au synthé avec toujours cet esprit rock apporté par la guitare électrique.

J’ai un petit coup de coeur pour Bluebirds Over The Mountain et le son très saturé gras de la guitare et le jeu de batterie. Le couplet me fait un peu penser à Muse par la façon de chanter et la densité musicale des instruments.
Il ajoute quand même une petite pointe world music avec les violons (une touche un peu tzigane) avec ici et là quelques notes et sur le refrain un petit côté folk vintâge.

Conclusion :

Que dire si ce n’est que Robert Plant a une volonté de faire partager ce qu’il aime.
Ce côté progressif assumé que l’on connaissait déjà chez l’artiste est très dense mais on retrouve aussi des morceaux plus rock traditionnel histoire que tout le monde ne soit pas perdu.

Les fans retrouveront ceux qu’ils aiment, les néophytes trouveront ici et là leur bonheur et pourront appréhender l’artiste avec un album de qualité.
Une seule écoute ne suffit pas pour entrevoir tout le travail et la qualité des morceaux.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/49167312

Spotify : https://open.spotify.com/album/4f7U9Rycl2d3KMLoiEZtve

Facebook : https://www.facebook.com/robertplant/

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire