Sophia Kennedy / Sophia Kennedy

Sophia Kennedy est une jeune compositrice-chanteuse allemande de pop. Son premier album modestement appelé Sophia Kennedy montre toute la richesse musicale de cette jeune femme de 26 ans.

Sophia Kennedy était étudiante en cinéma avant de se plonger dans la musique. Elle installe ses sonorités auprès du grand public avec une électro-pop teintée de soul, de rock années 60 et même de R’NB. Son but, s’affranchir des carcants stylistiques pour toucher le plus grand nombre.

La première chose qui interpelle est la voix de la jeune chanteuse. Sa voix est grâve teintée d’une certaine autorité.

Build Me A House en est le parfait exemple. La voix est posée, ferme. Les notes de pianos laissent entendre une mélodie pop vintage alors que les sonorités électro sont plus fermes et modernes, les cuivres (les trompettes si vous préférez) créent une ambiance très jazzy et un peu chaotique, faussement chaotique.

Les percussions sont là pour comme pour montrer le temps qui passe, le bruit des marteaux pour construire cette “fameuse” maison.

Comme sur Dizzy Izzy et son intro à la contrebasse. Un morceau très R’nB avec des touches de pop. Le morceau est très beau, le refrain prend une chaleur plus solaire. Le rythme est lent, les arrangements sont parfaits et la mélodie nous entraîne rapidement dans son univers, un univers aérien.

Et on bascule dans un univers pop proche des Beattles sur William By The Windowsill. Les notes de pianos, les choeurs (chantées par Sophia Kennedy seule), la douceur et les arrangements pop vintage nous donnent un retour en arrière très sympa et terriblement jovial.

Puis à mi-chemin, les notes d’électro plus agressives prennent le dessus pour basculer sur une pop plus années 80. Aux notes de pianos, on a des sonorités industrielles qui viennent s’ajouter ainsi qu’un orgue très soul.

Il n’y a pas que des bons morceaux. Je n’ai pas vraiment compris le morceau 3.05. Un morceau très soul jazz avec des notes électro m’a désarçonné et j’ai vite zappé.

Foam change de registre et s’installe dans un environnement crooner jazz. Entre chanteuse de jazz et crooner masculin, Sophia Kennedy vogue au milieu d’une mélodie lente orchestrée par un orgue vintage et un beat de batterie très moderne. Les choeurs ajoutent pour nous perdre dans le temps (années 1960 ou 2010, ahhhhhh!!! je suis perdu… où me trouve-je, dans quel état gère). C’est même la première fois que l’on entend une voix masculine s’ajouter à celle de Sophia.

Baltimore bascule dans un morceau à la Bjork. La mélodie principale est très électro, planante presque (les notes s’allongent, lentes et répétitives) alors que la voix de la chanteuse passe du second plan au premier plan presqu’en décallage avec la mélodie. Cela en fait un morceau un peu syncopé du fait du chant (tout comme Bjork aimait à le faire, chantant avec sa rythmique propre pendant que les instruments en jouait une autre). Un très beau morceau, spécial mais beau.

L’album se finit sur un chant très répétitif (Hello, I Found You, i love you) et une mélodie un peu décalée, très sympa avec des teintements de cloches et toujours ces choeurs répétant inlassablement qu’ils nous ont trouvé et qu’ils nous aiment.

Conclusion :

Un album électro-pop très prometteur. Ils fourmillent de bonnes idées et de morceaux très sympas, très travaillés. L’univers de Sophia Kennedy est pluriel et cela se ressent dans sa composition elle aussi très variée.

On a tendance à se perdre un peu dans toutes ces sonorités, l’afflut de son nous disperse un peu. Les deux points de repère qui nous permettent de trouver une cohérence sur l’ensemble de l’album sont la voix de Sophia et les sonorités très électro apportées à chaque morceau.

Cela en fait un album un peu extra-terrestre où tout le monde viendra y piocher ce qu’il aime de ci de là.

Pour ma part, j’ai adoré Dizzy Izzy et Williams By The Windowsill. Et vous?

Pour l’acheter :

Deezer :

Spotify  :

Facebook : https://www.facebook.com/sophiakennedyofficial/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire