Stormy / Long Tight Road

Stormy est un groupe de métal originaire de Paris. Dès 2015, le chanteur Stormy s’adjoint 4 acolytes après la sortie de son premier album. Et il concrétise avec Long Tight Road, deuxième album du groupe qui mélange tous les styles métal que Stormy aime.


Stormy est le chanteur et concepteur de ce projet. Il est aussi le chanteur de Locomuerte (déjà chroniqué ici). Ceci est au départ un projet solo plus personnel qui prend de l’ampleur avec la sortie de ce nouvel opus.
Voyons ça en détail.

Mechanic Brain est un métal avec énormément d’arrangements. L’ambiance est très futuriste de par les sonorités digitales et les effets de guitares.
La voix est rauque et énergique et le solo de guitare est énorme.

Ça commence bien.

Le côté burlesque et les violons rappelant les mélodies russes de Russian Circus nous font tout de suite rentrer dans l’univers.
L’esprit burlesque continue avec une mélodie saccadée aussi bien au niveau du chant, des guitares que de la base rythmique.
Cela me fait penser à SOAD avec cet univers un peu décalé et le chant plein de roulement de “r”. Il y a un espèce de chaos organisé autour du chant parodiant les chants russes très gutturaux.

Les musiciens ne manquent pas de technique : double pédale à tue tête et sweepping de la guitare (technique consistant à gratter plusieurs cordes en montant ou descendant une gamme de notes avec le même sens d’attaque du médiator, le petit objet que tient le guitariste pour gratter les cordes) sur Succubus. Le chant et la mélodie garde un esprit burlesque, moins mis en avant mais pourtant présent.

Je mettrai de côté Out Of My Way qui fait très hard fm et My Intention qui malgré sa technicité, son rythme endiablé et pleins de variations (symphoniques, doom) ne m’ont pas touché plus que ça.

En revanche, l’aspect gothique de Sick And Tired Part 1 (qui n’est qu’une intro) et Part 2 m’a beaucoup plu. On se retrouve presque dans un black métal à ceci prêt que la moitié du temps, le chant est juste énervé et n’est pas en growl comme le style le suggère  (il y en a quand même pour une bonne moitié faut pas deconner) mais l’ambiance et la mélodie sombre et lente font leur effet.
De plus, à mi morceau, le rythme accélère et prend de l’ampleur avec même des voix hautes très bien foutues.

L’album se finit sur le morceau éponyme de 12 minutes 30. Ce morceau est aussi bien la synthèse de tous les morceaux précédents avec énormément de changement de rythme, de variations, de façon de chanter, qu’un morceau original.
Ainsi, on passe de mélodies lentes et tristes à des parties plus rudes et saccadées avec une voix très violente.
Malgré la longueur, le morceau s’écoute bien et est très cohérent par le fait que le refrain revient toujours.
Avec en plus un solo admirable.

Conclusion :

Un album tantôt explosif, tantôt misant sur l’ambiance aux grès des univers métal qu’il utilise. Globalement un album légèrement décalé, très bon musicalement et techniquement et éclectique dans le style global métal.
Réservé aux fans du genre où à ceux qui voudraient s’initier à la communauté métal.

Pour l’acheter : https://stormyheallven.fr/boutique

Deezer : (non disponible pour le moment)

Spotify : (non disponible pour le moment)

Facebook : https://www.facebook.com/stormyheallven/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.