TesseracT / Sonder

TesseracT est un groupe anglais de métal. Fondé en 2003, le groupe est à l’origine du mouvement djent. Le quintet anglais mise sur ces albums sur l’atmosphère et la technique et Sonder, leur quatrième album ne déroge pas à la règle.

J’avais eu le privilège de discuter avec James, le guitariste à propos de ce nouvel album et on peut ressentir le plaisir qu’ils ont eu à composer aussi bien dans l’interview (ici) que dans leur musique.

Un gros son de basse lourd lance Luminary. La voix haute et mélodique de Daniel Tompkins est assez surprenante. Les mélodies sont toujours aussi travaillés avec sur le refrain une partie syncopée qui donne un regain d’énergie très intéressant. Le refrain est souvent la partie la plus importante du morceau car c’est là que le coeur du message est donné ; le fait d’installer un boost d’énergie avec la batterie par ce contre-temps marque vraiment le refrain comme un moment à retenir.

TesseracT joue beaucoup sur les nuances à travers sa musique. Aussi bien dans le travail de voix alternant rage et voix haute. Que dans la composition des morceaux.

King par exemple est une alternance de parties très calmes, presque spirituelles avec les mélodies au piano et de parties plus rageuses avec des guitares électriques très tranchantes et une puissance de la base rythmique (basse/batterie).

J’aime beaucoup Juno avec le phrasé de basse commençant par un gros son pour ensuite basculer sur quelque chose de plus net, joué au doigt, claquant.
Le morceau là encore joué en contre-temps sur les passages refrain/couplet  (les ponts si vous préférez) est très complexe et c’est aussi ce qui le rend très intéressant.
Parallèlement, Daniel évoque la difficulté de vivre librement (c’est à dire en réalisant ces propres choix sans subir le diktat de la société ni celui d’une certaine fatalité) et de réaliser que la vie est un bien précieux.

TesseracT aime jouer avec les atmosphères et celle de Sonder, malgré une certaine dureté et complexité, est pleine d’espoir et positive. Cela se ressent surtout avec les notes hautes de guitares, très aériennes, et le chant très bien travaillé.

Mirror Image est l’exemple même de mon propos. Des choeurs apportent un aspect très spirituel, presque céleste au chant. La guitare répétitive est aérienne, survolant une base rythmique très ancrée, très terre à terre.

Conclusion :

On retrouve tout ce qu’on aime chez TesseracT : une technicité et un travail de haut niveau, une ambiance dense et prenante et une attaque sur les riffs efficace.
Les fans adoreront et ceux qui aiment le métal progressif mettant en avant l’atmosphère trouveront leur bonheur avec Sonder.
J’ai hâte de voir ce que donne ce nouvel album en live au Hellfest.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/55847562

Spotify : https://open.spotify.com/album/0SwaDAEsaQynnwdlNa5SH6?si=LEqc0AcQQWqRT8suKFFvVQ

Facebook : https://www.facebook.com/tesseractband/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire